Samira Sofi
Samira Sofi
les clés du possible samira sofi
les clés du possible                                                                                                                                               samira sofi

Etre quelqu'un, être personne

Je vous relate une expérience réelle. Une jeune personne ayant perdue la mémoire, recouvre peu à peu son esprit et voit le monde tel qu'il lui apparaît à présent. Elle se met à s'étonner de tout et ce qu'elle voit, son coeur ne comprend pas. Elle est choquée d'apprendre qu'il existe des zoos. Elle ne comprend pas pourquoi des animaux sont enfermés dans un espace, une cage et quel est ce plaisir que l'homme a dans ce spectacle là. Quelle peut-être sa conception de l'amour ? Elle trouve cela cruelle, la chose lui apparaît absurde et douloureuse pour tous ces êtres privés de leur liberté. De même, elle réalise qu'elle est inscrite dans une école de commerce, et que plus jeune, elle avait le rêve de faire des films, elle ne comprend pas ce qui s'est passé. Elle est atterrée par ce constat. Pourquoi s'est-elle fait ce mauvais tour ? Qu'est-ce qui lui est arrivé ? Elle s'est coupée de son plus fort désir pour aller vers une voie totalement opposée. Elle se met à pleurer de s'être reniée. Elle ne sait plus qui elle est. 

Cet exemple tiré du réel me semble très fort en qualité de vérité. Requestionner tout ce que nous prenons pour vrai, pour notre réalité est sans doute une voie vers un chemin de paix. Non que cela soit doux de l'emprunter, il exige de la force, du courage et la foi dans l'existence.

Tout un chacun en venant au monde a été entraîné à être quelqu'un, et c'est très bien ainsi pour pouvoir se distinguer et goûter à la vie. Le problème se pose quand cela devient une quête, un diktat. Etre quelqu'un. Etre quelqu'un de spécial. Et toujours à savoir plus, à se comparer aux autres, à vouloir plaire, à gagner beaucoup d'argent, cela va peser lourd sur ce désir d'y arriver et sur les difficultés de le réaliser. La vie ne ménage personne qui veut devenir ce quelqu'un. D'autant que ce quelqu'un dans sa pure vérité, il faut le dire, se ment. D'abord il se ment à lui-même et puis il ment à tous les autres. Ces oui sont des faux oui, voyez sur quoi ils reposent, ces non n'ont que le poids de ce quelqu'un qui cherche à advenir. Nombre d'entre eux en deviennent malades. Mal à courir après cette chose qu'on est censé être et qui nous empêche au final de rester en paix et en joie dans son être vivant. Si tous nous étions dans le vrai, tous nous serions heureux et sans besoin de rien pour cela.

Car enfin il faut devenir quelqu'un dira le père, la mère, le voisin, le professeur, le manager, le mari, la télé, les magasines, tous embarqués sur un chemin de construction. Du gros oeuvre. Et pour qui ? Pour quoi ? Et c'est lourd tout cela, tout ce poids sur ses épaules et ce fardeau sur le coeur. Devenir  un gentil enfant, un excellent étudiant, un bon parent, un bon consommateur, un parfait exécutant, tout ceci coûte cher et traîne de plus en plus, en nous du levée au couché. Et sans cesse des objectifs à rallonge imposés par soi-même sur soi-même et que l'on plaque volontairement ou non sur les autres, cet autre moi-même. 

Tout cela mène à une surchauffe du mental. La machine à penser n'est jamais vide, elle tourne et écrase beaucoup ce plein de vitalité. La fraîcheur de l'être s'évapore. La tête est toujours occuper, oui jour et nuit à mouliner quelque chose. Quelle puissance création humaine mais quand celle-ci est asservie alors c'est que l'utilisation de l'outil miraculeux du corps n'est pas bien compris.

Pour celui qui veut se reposer, et voir ce jeu imbécile, il va apprendre à être fort et curieux. Il peux alors devenir son propre laboratoire et noter tout ce qu'il est ce qui se passe. Il sentira ce désir ardent de sortir de ce soi là qui nous rend tous fou. Et voir ce qui a été fait. ce que nous avons accepté, ce qui est arrivé. Pas à pas, commencer à voir, cesser l'aveuglement, cesser le jeu de la grotte et de son obscurité et se prendre vraiment en main sans jugement, ni culpabilité. Pour se faire, être guidé par le désir de s'en sortir, de croire en soi et en la vie.

Je vous invite même à faire "comme si", comme si je pouvais aller mieux, comme si c'était possible de redevenir moi-même. Je fais semblant et je m'entraîne dans les interstices de moi-même, je me vois, je me ris. Je le fais de plus en plus, et je vois ce qui se produit. Je vois ce qui sort, je vois les murs que j'ai bâti. Je vois combien ce quelqu'un est devenu grave, combien il est devenu cynique et froid, combien il est devenu sec parfois, combien il fait semblant et rit sous un masque mielleux. C'est alors que je vois combien tout le monde est à mille lieux de qui il est vraiment. Tous à jouer une comédie du bien-être en soi et autour de soi, une comédie bien réglée, si puissante qu'on la croit pour vrai. Tous à penser pareil, tous à se soutenir dans les mensonges de l'être.“Quelques-uns sont tenus en servitude, un plus grand nombre y tiennent.” Sénèque.

Soyons vrai, disons nous la vérité : "non ça va pas, non quelque chose ne tourne pas rond, c'est vrai". Déjà là, on a fait un méga grand pas vers la force de la vérité de sa réalité personnelle.

Imaginez maintenant être personne. Oui la chose est inhabituelle. Imaginez tout de même. Pour un instant, voilà le défi. Etre personne. Que ressentez-vous ? Ne pensez pas, laisser venir la sensation. Que se passe-t-il en vous ? Ne laisser pas venir le mental car il va nous faire sa leçon, sa moral, son caractère pseudo intelligent et qui nous met la santé à l'envers. Car enfin, alors que fait en vous ce ressenti, de n'être rien ? Aucune chose définie. 

Une sensation de bien-être ? De détente ? Une liberté ?

Ca y est vous y êtes...

Bienvenue dans ce que vous êtes, la paix.

Car enfin en étant personne, vous êtes la vie, le vivant, le tout. “On se prend souvent pour quelqu’un, alors qu’au fond, on est plusieurs..” dit Raymond Devos. On est le tout en un. Et en cet instant, être personne, c'est être vraiment une personne spéciale. Sans rien faire, vous êtes cette personne exceptionnelle. En avoir conscience est un repos magique, toujours là, toujours disponible. Rien à chercher à devenir. Ressentir que vous l'êtes déjà, la paix.

Vous pouvez alors avec brio agir dans le monde avec davantage de lucidité et de clarté et surtout d'amour, vous êtes guidé par une entité supérieure, invisible et d'une puissance considérable. Juste faire confiance et même si la peur gagne, je me laisse aussi aller à elle, car derrière son énergie, la joie veille. 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Samira SOFI Psychologue spirituelle