Samira Sofi
Samira Sofi
Infini soi samira sofi
Infini soi                                                                                                                                               samira sofi


Ce "je suis", le dénominateur commun à toutes nos formes, je suis humaine, je suis une femme, je suis psychologue...

Toute ma vie, j'ai cherché à revenir au premier "je suis" : l'Etre que nous sommes.
 

 
Pour cela la psycholgie et la spiritualité sont deux manières de se connaitre, elles divergent quant à leur but. La première est une approche scientifique rationnelle, elle cherche à résoudre les conflits internes du sujet pour la paix de la psyché. La seconde vise par une intériorisation subtile et profonde, une reconnexion suprême à l'unité et une libération de l'Etre. 
 
L'entrée par la voie psychologique est précieuse pour calmer le mental et en finir avec l'enfermement de son histoire personnelle, mais sans l'accès à la conscience suprême, c'est un "je" prisonnier d'un cycle répétitif. La prise de conscience d'un absolu et d'un relatif amène de véritables points d’entrée à divers niveaux de l'être pour une transformation pérenne. Ces clés offrent la liberté, quitter la vie en état de survie, pour investir et honorer son Etre et son pouvoir créateur.

 

J'ai l'habitude de penser qu'apprendre à vivre en paix, est l'affaire d'une vie. Et que vivre, c'est aimer.

"C'est à l'endroit où l'eau est profonde, qu'elle est la plus calme." W. Shakespear

Ainsi le goût du vivant et les talents peuvent s'exprimer, tels des cadeaux uniques déposés en nous et qui cherchent à s'offrir.

"Chacun de nous abrite un seigneur endormi qu'il importe de libérer de sa gangue" Saint Exupéry

 

J'aime à dire que je suis au service de l'Amour. Désirer traverser l’existence en paix, est ma priorité. De plus, être en paix en moi seule, ne m'intéresse guère, une force me pousse à la partager. C'est l'appel du coeur.

L'activité maîtresse qui m'occupe, est exprimée par ce célèbre poète soufi :

"Ta tâche n'est pas de chercher l'amour mais simplement de chercher et trouver tous les obstacles que tu as construits contre l'amour" Rumi.

 

Mon parcours - l'histoire de samira

 

Tout d'abord, un déracinement vécu comme un choc, à 7 ans je quitte Fès, le Maroc, pour la Bourgogne, la France. Peine et tristesse me gagnent. A la place du désir de mon coeur, art et expression corporelle, mon père veut pour moi des études sérieuses. J'obéis, la colère grandit. Après des études supérieures en commerce international, je vogue une dizaine d'années dans des entreprises, rien ne me retient, le coeur n'y est pas. Les cours de théâtre en amateur sont le terrain de ma joie, le coeur est là. A 33 ans, je décide de tout lacher, je suis formatrice (communication, management, développement personnel), je me sens un peu plus alignée. Puis je deviens psychologue (clinique et du travail), la santé m'intéresse. Expérience riche avec un accompagnement de millier de personnes et pourtant il me maqnue encore quelque chose. La vie est plus simple, c'est ce que je sens et qui est vrai. La vie m'appelle mais je ne sais où aller.

 

En août 2013, une très grande douleur intérieure me submerge. Pour la première fois, je ne cherche pas à la nier, à l'anesthésier, je l'accueille, je la vis. Dès lors, un changement radical arrive, tout s'efface, toute l'histoire disparaît, je suis silence et vide. Une joie est là, présente, à tout instant. Voila ce que je suis. Pure présence, je l'ai connue, je l'ai vécue et cela demeure. Une nuit, je vis l'expérience du retournement, la conscience qui se voit elle-même. Tout est vu. L'invisible, l'inconnaissable qui est la totalité, en lui-même, sans forme et dans la matière, la forme. 

 

Mon accompagnement se transforme, auprès de particuliers et d'entreprises, j'amène à clarifier nos perceptions, voir que nos croyances empêchent la vérité d'éclore. L'être véritable est là tout le temps, il est la vérité. Tout est amour.

 

Le moi conditionné est aussi vivant. Je me sens malmenée, pour la première fois, je sens que j'ai besoin d'aide.

 

La vie me conduit à suivre un intensif d'éveil avec Nanna Mickael en Belgique. La percée vers l'Etre est vécue. En marchant gaiement vers l'entrée de la forêt, je me mets à chanter tout haut "un pour tous et tous pour un". Puis je lance la question à la nature qui m'entoure "dis-moi, ce que qu'est la vie ?". D'un seul coup, mon regard pénétre un arbre litérralement et j'entends "c'est moi", puis il plonge dans un autre arbre et j'entends toujours "c'est moi", puis un autre et puis un autre et encore un  autre j'entends "c'est moi, c'est moi, c'est moi". Tout ce que mon regard voit est moi. Je suis le tout. Un amour vaste déferle en moi. Les larmes montent. Une joie profonde me gagne. La chose est si évidente. Toute la forêt me parle, me chante "c'est moi". Je suis tout cela. Toute ma perception change de niveau. Ce n'est plus de la personne que je regarde, les yeux de devant mais du regard de la totalité, celui de la conscience. Le regard infini regarde.

 

Le lendemain, alors que je prenais mon déjeuner à l'extérieur au soleil, j'entends le bourdonnement des abeilles. Mon regard est de nouveau dirigé. Je regarde les abeilles et j'entends "les abeilles, c'est en moi", puis le regard se tourne vers le vent qui souffle dans le feuillage de l'arbre en face de moi et ici encore j'entends "le vent, les feuilles, l'arbre, c'est en moi", cette fois le regard part vers le ciel et cela dit "le bleu, le ciel, les nuages, c'est en moi". Une immense joie me parcours intensément. Tout mon corps est comme régénéré, transformé. Je demande alors "et ce corps où est-il ?" et la réponse est "ce corps, c'est en moi". C'est immédiat, je comprends, je vis que je suis la totalité qui porte tout cela en moi. Je suis la joie. Cela bondit en moi. La vie se reconnait elle-même. Je me lève, je vais dans l'herbe et je fais une pirouette.

 

L'amour est la substance du tout. Toutes les altérations du moi sont nettoyées par le pouvoir de l'amour. 

Tout est acceuilli. Rien n'est exclu.L'Etre est une totalité indescriptible. Il n'est pas de ce monde, il fait le monde. Vaste, immense, silence, compassion, beauté, harmonie, créativité, joie, rire....

 

 

 

En quête de vérité : du moi au soi

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Samira SOFI Psychologue spirituelle